Document précédent Document suivant
Tournant de la Marine : la Corse de John-Antoine Nau

Citer ce document : Livres et chapitres d'ouvrages, Tournant de la Marine : la Corse de John-Antoine Nau, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 27 février 2024, https://m3c.universita.corsica/s/fr/item/100284

Signaler une erreur ?
Titre : Tournant de la Marine : la Corse de John-Antoine Nau
Table des matières : John-Antoine Nau, bien que premier lauréat du prix Goncourt (1903) reste un auteur grandement méconnu. Le doit-il à son style, à la disparité de sa production (prose et poésie), à son éloignement des cercles qui font et défont les carrières ? Peu importe. Ses écrits ont bravé le temps, grâce notamment à certains proches (Jean Royère) et à la considération portée par d’autres grandes figures de la littérature de son temps (Guillaume Apollinaire). Écrivain pèlerin – né aux États-Unis, installé en Martinique, puis en Bretagne, puis dans de nombreux autres lieux en France –, il voyage inlassablement en Méditerranée, comme s’il cherchait le lieu idéal. Son Paradis. Il demeura sept ans en Corse, de 1909 à 1916, entre Ajaccio, Cargèse, Zicavo et Porto-Vecchio où il habita plusieurs années la petite maison dite « du tournant de la Marine ». Une maison d’où la vue qui s’ouvre sur le golfe est l’une des plus belles de la ville. Entre ciel, mer et maquis. C’est dans ce lieu qu’il conçoit et rédige certaines de ses œuvres dont quelques nouvelles, des poèmes, un roman. Il y relate « sa Corse », celle d’un voyageur impénitent et détaché, mais qui sait rester suffisamment longtemps dans un lieu pour connaître les gens et les modes de vies, et défier les clichés en évitant la superficialité. Sa correspondance présentée ici pour la première fois, la réédition de ses nouvelles et des extraits de son roman « corse » témoignent du regard original, inédit de John Antoine Nau sur l’île. Contextualisées et mises en perspective par l’auteur de la présentation, ces œuvres sont comme une invitation à découvrir une Corse curieuse et surprenante à bien des égards, vraie sans être véritable, celle d’un grand écrivain, la Corse de John-Antoine Nau.
Couverture temporelle : Français
Couverture spatiale : Gherardi, Eugène; Albiana
Identifiant : Correspondance
Dcterms:license :
Droits : 2016

Ajouter un commentaire

J’accepte les conditions d’utilisation et j’accepte de publier ma contribution sous licence CC BY-SA.

Commentaire

Aucun commentaire pour le moment ! Soyez le premier à en ajouter un !