Document précédent Document suivant

Citer ce document : Cancellieri, Jean-André; Marchi van Cauwelaert, Vannina, 23. Symboles et emblèmes de la Corse : Les armoiries cinarchesi, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 06 février 2023, https://m3c.universita.corsica/s/fr/item/101557

Signaler une erreur ?
Titre : 23. Symboles et emblèmes de la Corse : Les armoiries cinarchesi
Description : Les premières armoiries connues pour la Corse sont celles d’Arrigo della Rocca, champion du parti aragonais et de la reconquête seigneuriale de l’île à la fin du XIVe siècle. Selon Giovanni della Grossa, ce dernier aurait porté sur sa bannière « un ucello grifone dipinto e di sopra portava le arme reale d’Aragona ». Cette figure du griffon pourrait renvoyer aux armoiries de Gênes. Introduit en Corse sous l’influence de Pierre le Cérémonieux, ce blason aurait dès lors visé à affirmer la victoire de l’Aragon contre la Commune, à travers la représentation de la soumission du griffon génois aux pals d’Aragon. Au début du XVe siècle, lorsqu’il succède à son oncle à la tête du parti aragonais, Vincentello d’Istria abandonne cette référence au griffon génois pour lui substituer l’emblème du château de Cinarca surmonté des pals d’Aragon. La représentation de Cinarca, capitale seigneuriale de l’île et château éponyme des Cinarchesi, renvoyait au mythe de la « Reconquista » carolingienne et à la légende d’Ugo Colonna et de son fils Cinarco. Ce choix semble donc contemporain de la construction par Giovanni della Grossa de cette tradition à laquelle était associée la figure du comte de Barcelone. À la fin du XVe siècle, les sceaux des derniers seigneurs corses, conservés aux Archives de Gênes, portent tous un emblème castral dont la signification est double : le château renvoyant tout autant à Cinarca et à l’origine mythique des Cinarchesi qu’aux différents lignages et à leurs fortifications respectives. Ainsi peut-on émettre l’hypothèse que le château représenté sur le sceau de Giampaolo di Leca était le château de Leca ; celui de Rinuccio della Rocca, celui de Rocca di Valle ; celui de Vincentello d’Istria, le château d’Istria ; celui de Guglielmo di Bozzi, le château de Bozzi. Sur certains sceaux, le château est par ailleurs surmonté d’une balance. C’est le cas notamment de celui de Rinuccio della Rocca sur lequel on peut voir un château entouré des initiales C et O (Cinarca Origo ?) et coiffé d’une balance. Une partie de la devise est encore visible « PRO PUGNA ROCCA ». La représentation de la balance renvoyait ici au personnage de Giudice di Cinarca – le « Juge ». Il s’agissait à la fois de rappeler que la seigneurie de la Rocca avait été fondée par un bâtard de Giudice (Rinuccio étant lui-même le fils bâtard d’un autre Giudice) et que ce dernier avait été le premier comte de Corse, ce qui faisait de Rinuccio un candidat plus légitime que son rival Giampaolo di Leca. De son côté, Giampaolo di Leca portait sur son sceau un château donjonné à trois tours surmonté d’une aigle et d’une balance. Cet emblème impérial pourrait renvoyer au contexte gibelin de l’élection comtale de Giudice di Cinarca. Il s’agirait dès lors de nuancer le poids de la légitimité dynastique, que mettaient en avant aussi bien les armoiries de Rinuccio della Rocca que celles de Guelfuccio et de Vincentello d’Istria, tous trois descendant en ligne masculine directe de Giudice, au profit d’une vision plus politique du titre de comte de Corse.
Table des matières : 1. La mémoire cartographique 2. Traces matérielles 2.1. Que reste-t-il du Moyen Âge aujourd’hui en Corse ? 2.2. Pise et la Corse 2.3. La christianisation de la Corse 2.4. Les Giovannali 2.5. L’habitat villageois 2.6. Les châteaux 2.7. L’empreinte urbaine génoise 3. Figures humaines et héroïques 3.1. Giovanni della Grossa… 3.2. … passeur de mémoire (1388-1464) 3.3. Giudice di Cinarca (Sinucello della Rocca, vers 1220-vers 1300) 3.4. Sambucuccio d’Alando (premier tiers – dernier tiers du XIVe siècle) 3.5. Vincentello d’Istria (dernier tiers du XIVe siècle – 1434) 3.6. Giampaolo di Leca (milieu XVe-1515) 3.7. Rinuccio della Rocca (milieu XVe – 1511)… 3.8. ...Une forte empreinte mémorielle dans l’Extrême Sud 3.9. Femmes du peuple 3.10. Femmes de l’aristocratie 4. Traces symboliques 4.1. Héros légendaires : Ugo Colonna 4.2. Héros légendaires : Arrigo Bel Messer 4.3. Héros légendaires : « Orsolamano » et le Conte Pazzu 4.4. Symboles et emblèmes de la Corse : La tête de Maure 4.5. Symboles et emblèmes de la Corse : Les armoiries cinarchesi 4.6. Symboles et emblèmes de Gênes 4.7. Les lieux de vedute
Importance matérielle : 1 panneau d'exposition
Format : jpg
Date : 2019
Couverture temporelle : Moyen Âge
Langage : Français
Couverture spatiale : Corse; Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses (Corte)
Relation : Les lieux de mémoire de la Corse médiévale
Licence : Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Ajouter un commentaire

Je suis d'accord avec les conditions d'utilisation et j'accepte de publier sous les termes de la licence CC BY-SA.

Commentaire

Aucun commentaire pour le moment ! Soyez le premier à en ajouter un !