Document précédent Document suivant
Eglise de Sant'Agostino

Citer ce document : Camuffo, Paola, Eglise de Sant'Agostino, Médiathèque Culturelle de la Corse et des Corses, consulté le 04 mars 2024, https://m3c.universita.corsica/s/fr/item/68517

Signaler une erreur ?
Titre : Eglise de Sant'Agostino
Description : L'église de Sant’Agostino désormais dans un état de complet abandon est située une quinzaine de minutes de marche au dessus du village de Bigorno. Elle se présente avec un plan plan rectangulaire (5,92x12,12 m.), unenef unique et une abside voûtée orientée. Le toit à longs pans est entièrement effondré. L’édifice est conservé en élévation pour une hauteur de deux, trois mètres environ. Malheureusement, une bonne partie des dalles de revêtement, soigneusement travaillés, a été enlevée et réutilisée ailleurs. A l’intérieur de l’édifice et le long de son périmètre externe se trouvent, au sol, les restes de la maçonnerie écroulée ainsi que deux tympans. La maçonnerie qui reste encore visible, à l’extérieur aussi bien que à l’intérieur se caractérise par une différenciation nette entre les faces externes et le noyau interne constitué de moellons non travaillés et écailles liés avec du mortier. Le revêtement des faces externes est polychrome : dans la portion inférieure des murs sont employées des dalles en chlorite vert foncé, en revanche la partie sommitale est constituée de claveaux en schiste feuilleté vert clair. Cette répartition à égale hauteur est maintenue pour tout l’édifice. L’appareillage est composé de dalles de moyennes dimensions, disposées de manière semi-régulière et parallèle. On observe l’emploi de petits blocs rectangulaires disposés verticalement où à plat pour régulariser les assises. Les claveaux sont parfaitement équarris, les joints très fins, les marques laissées par les outils (pointe, piquet et gradine) sont encore visibles. Dans le flanc sud, en direction est, juste en dessus de l’entrée secondaire, est visible une portion de maçonnerie fruit d’une reconstruction. Sont ici remployés et remis en place les éléments provenant de l’écroulement des murs ainsi que des petites écailles pour régulariser l’appareillage. La façade occidentale se présente tripartite par une série de quatre pilastres : deux contreforts aux angles du mur, dont il reste désormais presque seulement la trace en négatif des dalles, et les deux lesene qui encadrent l’entrée principale. Ces deux dernières reposant ainsi que les piédroits, sur deux consoles moulurés. Deux consoles monolithes richement décorées en haut relief surmontant le deux piédroits soutiennent le linteau monolithe sur lequel devait se poser d’un coté et de l’autre de la façade les deux tympans nus qui aujourd’hui se trouvent au sol. L’abside est presque entièrement dépourvue de son revêtement externe. A l’intérieur la voûte en cul-de-four est constituée de petits blocs rectangulaires et l'arc triomphal qui est soutenu par deux étroites consoles gravées, est composé de claveaux soigneusement travaillés et disposés alternativement en chlorite vert foncé et en schiste feuilleté vert clair. Au centre de l'abside se trouve une étroite fenêtre surmontée par un archivolte monolithe échancrée en arc brisé. Dans les deux côtés de la nef sont encore visible les départs des quatre fenêtres désormais disparues.
Latitude : 42°18'18.8618"
Longitude : 9°9'21.5539"
Date : 1100
Couverture temporelle : XIIe siècle
Couverture spatiale : Bigorno
Langue : Français
Citation bibliographique : CAMUFFO P., 2012, Gli edifici di culto medievali nella valle del Golo. Analisi archeologica sull’evoluzione delle tecniche murarie in pietra tra XI e XVI secolo, thèse de doctorat soutenue à l'Université de Corse. CORONEO R., Chiese romaniche della Corsica, Cagliari, p. 169. ISTRIA D., 2005a, L’hégémonie politique économique comme cadre de diffusion des techniques de construction au Moyen Age: la Corse entre Toscane, Ligurie du XIe au XIVe siècle, in “Arcquelogia de la arquitecture. Aparejos constructivos medievales en el Mediterraneo de las técnicas constructivas”, 4, a cura di Azkarte A., Quiros J. A., p. 136. MORACCHINI-MAZEL G., 1967, Les églises romanes de Corse, Paris, pp. 151-152, 221. LETTERON, L. A., 1890, Relazione della prima vista pastorale di Monsignor Marliani, Vescovo di Mariana ed Accia, in “Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse”, n° 113, edizione a cura di Letteron L. A., pp. 129-130.
Licence : Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International, à la condition expresse de citer l’institution de conservation et l'identifiant de la ressource comme suit : « Médiathèque Culturelle de la Corse, [identifiant de la ressource] ».

Ajouter un commentaire

J’accepte les conditions d’utilisation et j’accepte de publier ma contribution sous licence CC BY-SA.

Commentaire

Aucun commentaire pour le moment ! Soyez le premier à en ajouter un !